Pour les sources et inspirations, cliquez sur le logo YouTube en bas à droite de la vidéo pour accéder à la description. Si vous désirez participer à l'aventure de Mouton Lucide, regardez l'épisode "J'ai besoin de VOUS".

Blaise PASCAL a dit un jour : « Deux excès : exclure la raison, n’admettre que la raison. »

Dans plusieurs domaines scientifiques, quand un élément provoque une erreur d’analyse et rentre en contradiction avec nos connaissances actuelles sur l’histoire, on appelle ça un artéfact ou OOpart. Quand un tel objet parasite trop la version officielle de la chronologie paléontologique, les historiens font souvent un communiqué affirmant qu’il s’agit d’un canular, et ça dissuade quiconque de continuer à s’y intéresser. Je vais vous parler ici d’un de ces objets mystérieux qui agite les chercheurs: la Pierre de Dashka.

En 1999, le professeur Alexandre Chuvyrov et son équipe auraient fait une découverte sensationnelle : une grande dalle en pierre (d’environ 1,50m de haut, par 1m de large et de 16 cm d’épaisseur) contenant des motifs étranges gravés. Une fois nettoyée les chercheurs n’en revinrent pas : ce n’était pas un simple morceau de pierre, mais une carte. (Non pas une carte basique, mais une carte tridimensionnelle d’une région.)

Après une étude aux rayons X, les scientifiques conclurent que les gravures de la carte étaient d’origine artificielle, usinées avec des outils de précision. Elles représenteraient l’ancien relief d’une région qui ressemble étrangement à la Bachkirie, en Russie. Une étude géologique a conclu malgré tout que la carte serait celle de cette région au Crétacé inférieur, soit environ 120 millions d’années auparavant. A l’époque des dinosaures quoi.

Cette carte est composée de trois couches successives : une base solide en dolomite, une deuxième couche en diopside où est gravé le relief et une troisième couche en porcelaine de calcium qui la protège.

Elle représenterait aussi des ouvrages de génie civil, comme un système de canaux d’irrigation et des barrages, mais aussi des inscriptions hiéroglyphes d’origine inconnue que personne n’a encore aussi à déchiffrer. Après une étude dans un centre de Cartographie aux USA, les Américains furent surpris. Selon eux, cette carte en trois dimensions n’a pu être réalisable qu’à partir de données aériennes et notre technologie militaire ne permet de faire ça que depuis les années 80.

Bref, cette découverte serait une preuve indiscutable de l’existence d’une ancienne civilisation très développée. Mais une question demeure : dans quel but a été conçue cette carte ? Pourquoi une civilisation si avancée aurait besoin de faire une carte si grande en pierre ? La Théorie des anciens astronautes avancent l’hypothèse qu’il s’agirait d’un fragment d’un énorme monument contenant 348 fragments au total, introuvables pour le moment car dispersés sous la terre.

Mais cet objet est classé artefact car aucun chercheur n’a jusqu’à présent voulu ou pu aboutir à des certitudes sur ses origines. Son existence même est contestée aujourd’hui. Le mystère reste donc entier.

Bref, parler des artefacts a toujours tendance à diviser les opinions. Il y a beaucoup de sources qui les justifient, mais il y a aussi des textes qui les décrédibilisent. Je croise mes sources au maximum pour vous livrer un résumé le plus neutre possible, si vous voulez en savoir plus pour vous faire votre propre avis, le web et les bibliothèques sont à vous. Mais faites-le avec discernement, restez lucide.

Un commentaire sur “La PIERRE DE DASHKA – Cabinet de curiosités #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *