Pour les sources et inspirations, cliquez sur le logo YouTube en bas à droite de la vidéo pour accéder à la description. Si vous désirez participer à l'aventure de Mouton Lucide, regardez l'épisode "J'ai besoin de VOUS".

“Il y a plus de paille que de grain.” – Proverbe Français.

On entend parler de gluten à tout va, qu’il y a des intolérants au gluten, que le pain d’aujourd’hui est mauvais pour la santé etc… Alors, on va essayer d’y voir plus clair. Le gluten c’est quoi ?

Il y en a surtout dans le blé et dans le seigle. C’est une protéine insoluble et visqueuse qui, lors du pétrissage avec de l’eau, donne des propriétés élastiques et collantes. Gluten veut dire colle en latin d’ailleurs. Plus cette pâte à pain est élastique, plus elle est facile travailler. Mais ses propriétés élastiques permettent surtout d’emprisonner les bulles de dioxyde de carbone générées par la fermentation, ce qui permet de faire monter la pâte et de créer après cuisson la fameuse mie moelleuse et aérée.

Donc il faut impérativement des céréales contenant du gluten pour obtenir un tel pain. Notre pain si moelleux est principalement composé de blé, et dans le blé il y a beaucoup de gluten. Mais alors ? Notre pain a toujours été fait avec du blé ? Pourquoi soudainement le gluten est mauvais ?

En effet, nous faisons du pain avec de la farine de blé depuis des millénaires. Sauf que le blé n’est plus le même et le gluten non plus. Dans les champs de blé d’antan, il y avait un assortiment de blés privilégiés par la nature : des petits, des grands, des poilus, des roux, des noirs. On dirait que tu parles de mes cons de voisins. A la distribution des cerveaux t’es parti pisser ou quoi ? Dans ces différentes variétés les protéines de gluten étaient aussi différentes les unes des autres. Cette diversité naturelle de blés génétiquement simples en phase avec notre environnement faisait que le pain était bon pour notre santé, car facilement assimilable par nos enzymes digestives.

Puis les industriels de l’agro-alimentaire ont eu besoin de produire en grandes quantités. Il fallait donc un blé facile à cultiver, simple à travailler et facile à lever pour produire aisément un maximum de pain et de façon rentable. Ces industriels ont alors sélectionné et modifié le blé par hybridations diverses, éliminant les espèces simples et peu pratiques pour ne garder que deux ou trois sortes, génétiquement complexes donc pour être très productives.

Les blés sélectionnés sont des espèces naines,  pratiques à cultiver par les moissonneuses. Le cultivateurs n’y sont pour rien, les industriels leur passent des grosses commandes, donc ils exécutent. Ce blé est aussi plus résistant aux variations climatiques, rendant ainsi la moisson plus abondante. Les protéines de gluten sont aussi plus sophistiquées, pour privilégier une élasticité : c’est très pratique à travailler et la pâte lève très facilement. Ca explique pourquoi le pain d’aujourd’hui est plus facile à faire et tellement plus moelleux. T’as pas un truc à becqueter ? Tu comptes m’interrompre souvent, tu peux pas attendre? J’ai la daaaale ! Et moi j’ai le ciment, tu veux qu’on fasse une terrasse ?

Le problème, c’est que le gluten de ce nouveau blé revisité est très mauvais. Il est très dense, ne se dissout pas, prend la consistance de chewing-gum et se colle aux parois de nos intestins, empêchant ainsi les nutriments des aliments de passer dans notre organisme. Ceci engendre une multitude d’anémies, fatigues, migraines, diarrhées, ballonnements, dépression, réactions cutanées. Sans parler des allergies, des maladies ou des dysfonctionnements neurologiques qui augmentent depuis 40 ans. Il y a donc un réel problème : il est grand temps de s’en rendre compte et de faire quelque chose.

Beaucoup se tournent vers du pain fait avec des céréales moins industrialisées ou dont l’agriculture du blé est pondérée. D’autres ont simplement ralenti ou cessé leur consommation de pain. On ne compte plus le nombre de témoignages de personnes qui vont mieux depuis qu’elles ont arrêté de manger le pain moderne. Les boulangers vont sûrement rager en regardant cette vidéo. Mais tout ce que j’ai à leur dire c’est de faire leur métier de façon réfléchie et de respecter les consommateurs en achetant de la farine issue d’agriculture responsable.

Les industriels de l’agroalimentaire déclarent qu’il n’y a qu’avec le blé sélectionné moderne qu’on peut faire du pain et que les variétés abandonnées sont impossibles à faire lever. Mais si c’est le cas, alors comment le pain était-il fait avant avec les anciennes variétés de blé ? Avec patience et savoir faire, à l’ancienne.

En France la loi impose des semences compatibles avec les critères de l’industrie. Mais quelques centaines de boulangers travaillent encore avec des blés qui ne sont jamais passés par la recherche agronomique, donc avec des protéines de gluten élémentaires données par la nature. Ces blés qui ne sont pas passés par les mains des industriels sont interdits à la commercialisation en tant que semences, mais certains boulangers et paysans se les échangent. Les boulangers passionnés savent se démerder pour s’en procurer auprès des petits producteurs. D’autres boulangers encore plus consciencieux et obstinés cultivent leur propre blé. Il y a en France une petite centaine de paysans-boulangers qui font du pain avec différentes variétés de blés parfois oubliées, loin de l’industrialisation qui cherche à tout uniformiser pour un profit maximum.

Aujourd’hui bon nombre de petits chercheurs, cultivateurs et boulangers défendent cette biodiversité donnée par dame nature et se réapproprient ce savoir-faire millénaire pour le retour du bon vieux pain bienfaisant. Et ça c’est super bien. On a besoin de vous, alors participez en partageant cette vidéo. Mais surtout restez lucides.

Un commentaire sur “L’ESCROQUERIE du GLUTEN – Ce con ne nous dit pas #11

  1. J approuve totalement et l explication est bien rendue,je le partage sur ma page pour mes clients et futurs clients de mon Resto sans gluten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *