Pour les sources et inspirations, cliquez sur le logo YouTube en bas à droite de la vidéo pour accéder à la description. Si vous désirez participer à l'aventure de Mouton Lucide, regardez l'épisode "J'ai besoin de VOUS".

«Peu d’hommes pourraient supporter pendant cinq minutes l’observation d’un animal se débattant, avec un membre écrasé ou déchiqueté.» Charles Darwin

Bon, cette citation me force à entrer dans le vif du sujet : Contrairement à ce qu’on pourrait penser, à l’origine l’homme était végétalien ! Si si, je vous rappelle que l’homme descend du singe, et que le singe ne mange pas de viande. Les australopithèques mangeaient principalement des tubercules, des racines, des feuilles, des plantes, des graines, des baies, des fruits etc… Bon, parfois ils chapardaient par ci par là un insecte, un oeuf, un petit rongeur ou jouaient les charognards, mais c’était seulement en période de famine. Ils sont devenus omnivores au moment où ils ont inventé la hache et le feu, car manger de la viande leur permettait de survivre aux périodes froides grâce aux graisses qu’elle contient. Et ils pouvaient la conserver en la faisant fumer ! Ceci leur a permis de se sédentariser et de ne plus vivre au gré du cycle des saisons en harmonie avec la nature.

Aujourd’hui dans les pays industrialisés une personne bouffe en moyenne 80 kilos de viande par an. Et la consommation de viande ne fait qu’augmenter alors qu’on n’a plus besoin des graisses qu’elle contient : bah oui, en occident on ne chasse plus, on n’a plus de périodes de famine et on a tous du chauffage pour passer l’hiver.

Les hommes préhistoriques ne mangeaient pas de graisses et pourtant c’était tous des sportifs. Et vous savez ce qui a changé dans notre organisme depuis ?

Rien. Nos dents, notre appareil digestif ou notre instinct sont restés les mêmes.

Nos dents : il suffit de voir nos dents pour se rendre compte qu’on n’a clairement pas la dentition d’un omnivore et encore moins d’un carnivore. Notre bouche est petite, nos mâchoire et dentition sont faites pour broyer et mastiquer et non déchirer et avaler. Nos canines et incisives sont faites pour manger des fruits durs, comme des pommes. Et notre salive contient des enzymes digestives qui indiquent qu’on est supposés manger des tonnes de glucides présents dans les fruits et légumes.

Notre appareil digestif : notre estomac trop petit et nos intestins trop longs ne sont pas du tout adaptés à digérer de la viande. Il faut un transit intestinal court pour se débarrasser rapidement de la chair animale putréfiée, du cholestérol et des graisses saturées. Un vrai mangeur de viande ne peut pas bloquer ses artères. Ce n’est pas notre cas. Nos maladies cardio-vasculaires viennent de quoi ? Des végétaux ? Non, de la viande ou des produits d’origine animale, comme le lait, le fromage ou les oeufs.

Notre instinct : Et notre instinct ? Si on avait un instinct de carnivore ou d’omnivore, on devrait saliver à la vue d’un lapin vivant et avoir envie de croquer dedans et de le manger pendant qu’il gémit, encore chaud et agonisant en ne laissant que les os ! On ne peut pas, on ne supporterait pas. Notre instinct nous pousse à jouer avec lui et à croquer plutôt dans une banane. Mais si l’un d’entre vous préfère jouer avec la banane et croquer dans le lapin vivant, envoyez-moi la vidéo. Je vous offrir un voyage au Kenya où vous pourrez saliver pendant vos safaris. Non, sans déconner, on sait tous que c’est impossible.

Sans parler de nos autres organes, comme notre foie qui n’est pas conçu pour éliminer les toxines de la viande. Et notre vision, notre odorat, nos jambes et nos mains sans griffes, qui ne sont pas prévus pour pister et traquer une proie, la tuer et la déchirer pour la manger. Bref, il faut se rendre à l’évidence : l’anatomie et l’intuition de l’humain sont à 100% celle d’un végétalien, on n’est pas fait pour tuer.

Aujourd’hui, on est tellement industrialisé qu’une majorité d’aliments sont massivement transformés, les pubs pour les restos d’hamburgers sont partout, on mange une saucisse sans savoir ou sans vouloir savoir ce qu’il y a dedans, on ne met le lapin dans notre assiette qu’une fois qu’il ne ressemble à rien, cuit, en morceaux assaisonnés, pour tromper notre instinct sur le fait que nous sommes en train de manger le cadavre d’un animal mutilé. Laissez-moi vous rappeler que la viande est composé de 6 choses : tissus musculaires, sang, veines, tendons, graisses et nerfs. Et ceci concerne seulement la viande dite « noble », je ne parle pas de la triperie et des abats.

L’objectif de cet épisode n’est pas de faire l’éloge des régimes alimentaires végétariens, végétaliens, riches en protéines, paléo etc…  D’autant plus que comme ce sont des minorités ils ont le droit à leur clichés parce qu’ils ne rentrent pas dans le moule des traditions et des habitudes du consumérisme moderne. J’ai pas de documentaires ou de livres à vendre moi. J’ai uniquement réalisé cet épisode pour vous éclairer honnêtement sur la véritable nature des primates que nous sommes. Chacun mange ce qu’il veut, mais soyez conscient de ça, restez lucide !

4 commentaires sur “Doit-on limiter la VIANDE ? – Sois pas si bêêête #13

  1. Bonjour Mouton,
    J’ai souvent lu que l’avantage à manger de la viande est que le fer qu’elle contient est plus facilement assimilable que celui dans d’autres groupes d’aliments.
    Je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’on mange bien trop de viande surtout au vu de la souffrance que ça engendre chez les animaux.

  2. Bonjour Mouton,
    Toutes mes félicitations à toi pour ta vidéo. Je suis toubib vegan… et je pense mal et tout bas ce que tu dis haut et si bien. Merci et bravo pour ton texte.

  3. Vraiment très intéressant. Je n’avais jamais eu une explication aussi compréhensible et complète sur le sujet. Continuez car je vous attends chaque semaine avec impatience. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *